Franck Thilliez – 1991

Dans ce Thriller, Franck Thilliez nous ramène dans les années 1990. Années de mon enfance dont je garde de bons souvenirs, à une époque où le monde était bien loin de ce qu’il est aujourd’hui. Un retour quelques décennies en arrière qui m’apporte un peu de nostalgie. Chacun sa madeleine de Proust.

C’est donc en 1991 que le cadavre de Delphine Escremieu est découvert, les parties génitales ainsi que la poitrine brûlées, la tête couverte par un sac sur lequel un visage est dessiné, dans sa résidence secondaire où l’artiste laissait exprimer sa créativité. C’est au travers du livre « Les fleurs du mal » que le meurtrier a amené Franck Sharko, nouveau au 36 Quai des Orfèvres, sur la scène du crime.

De fil en aiguille, au terme d’une enquête guidée par le meurtrier lui-même, emmenant les enquêteurs du 36 où bon lui semble, l’auteur a su mettre en avant la complexité du cerveau humain, et ce dont il est capable de faire pour se protéger, ou en réaction à un traumatisme comme la vie sait en offrir.

Il nous est ici offert un thriller haletant qui donne envie d’être lu très vite tant l’intrigue est prenante. Du Thilliez comme je l’aime, qui ne laisse pas de répit au lecteur, allant de nouveauté en nouveauté. Et petit plus à celui-ci qui traite de certains aspects neuropsychologiques, ainsi que de l’histoire de cette science. Sujet qui m’intéresse « un petit peu ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.