Mon premier livre

C’est en écoutant le podcast mentionné dans le tweet ci-dessus que j’ai pensé à ce petit billet, non sans une certaine nostalgie. Les invités mentionnent à tour de rôle le premier livre qu’ils ont lu, et j’ai immédiatement replongé en enfance.

J’avais 4 ou 5 ans, et je passais mes soirées dans le lit de mes parents, avec ma mère, avant d’aller me coucher dans le mien. C’est à cet âge-là que je lui ai demandé de m’apprendre à lire. Ce qu’elle a fait. Je pense qu’il s’agit d’un de mes tout premiers souvenirs.

Patiemment, un peu chaque soir, ma mère m’apprenait à lire, avec la même méthode que l’école allait employer plus tard. C’est peut-être un détail, mais je pense que ça a son importance, ça offre une certaine cohérence dans le processus.

J’ai donc appris à lire à l’âge de 4 ou 5 ans, grâce à la patience de celle qui m’a donné la vie. Quel livre ? Crin blanc de René Guillot. Il s’agit de l’histoire d’un enfant, fils de pécheur en Camargue, et d’un cheval entre lesquels se lie une amitié, le premier cherchant à préserver le second de l’Homme. Ce n’est peut-être pas le plus simple pour apprendre à lire, mais d’après mes souvenirs, la couverture m’obsédait tellement que je n’ai pas laissé le choix à ma mère. Et je n’ai aucun regret en voyant les souvenirs (certainement biaisés mais peu importe) que ces moments m’ont laissés.

J’ai toujours ce livre, usé, tâché, mais toujours là, plus ou moins à portée de main. Une madeleine de Proust dont je ne suis pas près de me débarrasser.

Aujourd’hui, c’est notre tour d’apprendre à Numéro 1 à lire au même âge, puisque c’est une demande de sa part, et je me rappelle, j’apprécie, je savoure ces moments, trop peu nombreux à mon goût. Quel bonheur !

Et vous, c’était quoi votre premier livre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.